Les femmes qui dérangent - Colloque

En marge de l'exposition "Portraits de femmes. Des récits pour une histoire", le Mundaneum et la Fondation Henri La Fontaine, avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie s'associent pour organiser un colloque sur le thème "Les femmes qui dérangent".

Inscriptions 

Au cours de l'histoire, les femmes ont souvent été qualifiées de "dérangeantes" lorsqu'elles ne correspondaient pas aux normes d'apparence, de comportement, de croyance ou de situation définies par la société. De la sorcière du Moyen-Âge à la militante féministe, en passant par les suffragettes, la femme n'est plus considérée comme "respectable" dès lors qu'elle remet en cause l'ordre établi et met en danger le patriarcat. Tantôt martyres, tantôt figures héroïques, ces femmes, telle que l'histoire officielle les raconte, sont bien loin des femmes "ordinaires". Au travers d'une approche interdisciplinaire, le colloque souhaite s'interroger sur la place qu'elles occupent dans la société, sur le pouvoir souvent fantasmé dont elles semblent pourvues et de manière plus générale sur la figure mythique de la sorcière. Fascinante pour les uns, dangereuse pour les autres, archétype même de la femme qui dérange, la sorcière incarne désormais le féminisme contemporain. Non seulement elle cristallise les revendications des femmes mais elle porte également à s'interroger plus largement sur la nature et le rôle de la femme. 

Le colloque souhaite offrir un regard pluriel sur les défis auxquels les femmes ont été ou sont confrontées, et sur la manière dont elles les ont relevés, notamment en s’appuyant sur les dispositions institutionnelles mises en place pour la promotion de leurs droits. Il rassemble des historiens, des sociologues, des anthropologues mais aussi des acteurs de terrain venus de diverses régions de l’espace francophone.

Première session : jeudi 13 octobre (11h00-17h00) 

Modératrice :  Cécile Vanderpelen-Diagre (historienne, Université libre de Bruxelles)

11h15 – Accueil des participants. 11h45 – Mots de bienvenue : Isidora Mara Niang (Ambassadeur de l’OIF auprès de l’Union Européenne et de la Belgique), Madeleine Oka-Balima (Cheffe de l’Unité égalité hommes/femmes de l’OIF), Daniel Sotiaux (Président de la Fondation Henri La Fontaine), Jean-Paul Deplus (Président du Mundaneum).

12h00 – Lunch. 13h00

Introduction. 13h15 – Marylène Patou-Mathis (préhistorienne, Muséum national d’histoire naturelle) – « L’invisibilité des femmes dans l’histoire de l’évolution humaine ».

13h45 – Nicole Edelman (historienne, Université de Paris-Nanterre) – « Quelques façons féminines de résister aux assignations sociales et culturelles au 19e siècle en Europe ».

15h15 – Maxime Gelly-Perbellini (historien, Université libre de Bruxelles) – « Nouvelle chasse, lointaines sorcières : quelques réflexions sur les usages actuels de la figure de la sorcière ».

15h45 – Sarah Sepulchre (narratologue, Université catholique de Louvain) – « Intégration ambivalente des combats et les théories féministes dans les séries télévisées ».

18h30

Conférence grand public de Marylène Patou-Mathis : « Les femmes préhistoriques : regards d'hier savoirs d'aujourd'hui».

Et si contrairement à la vision patriarcale de la préhistoire héritée du 19e siècle, les femmes avaient, elles aussi, peint Lascaux, chassé les bisons, taillé des outils, inventé des techniques… En effet, aucune preuve archéologique ne permet d’affirmer que dans les sociétés préhistoriques certaines activités leur étaient interdites, qu’elles étaient considérées comme inférieures et subordonnées aux hommes. S’appuyant sur l’analyse des idées reçues et des dernières découvertes, cette conférence pose les bases d’une autre histoire des femmes préhistoriques. Tout comme les hommes, elles ont contribué à l’évolution humaine.
 
Biographie:
 
Directrice de recherche au CNRS, directrice adjointe de l'UMR 7194, rattachée au Département Homme et Environnement du Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris). Préhistorienne, elle est spécialiste des comportements des Hommes préhistoriques, en particulier des Néandertaliens et des premiers Hommes modernes en Europe. Elle a publié plusieurs ouvrages scientifiques et rédigé plus de 250 articles dans des revues nationales et internationales. Elle participe à la diffusion des connaissances en tant que conférencière, commissaire d’expositions (dont Néandertal, l’expo, 2018, Musée de l’Homme - 2019, Musée de l’Histoire du Canada, Ottawa) et conseillère de documentaires scientifiques et du film AO le dernier Néandertal (de Jacques Malaterre, UGC). Elle a également publié plusieurs ouvrages dont en 2020 L’homme préhistorique est aussi une femme (Allary Ed.) et Qui était Néandertal ? (Eds. Bayard),  en 2018, Neandertal de A à Z (Allary Ed.), en 2017, Mangeurs de viande. De la préhistoire à nos jours (Ed. Perrin, Collection Tempus), en 2015, Histoires de Mammouth (Eds. Fayard), en 2014, Madame de Néandertal. Journal intime (avec Pascale Leroy, éditions Nil), en 2013, Préhistoire de la violence et de la guerre (Eds Odile Jacob),  en 2011, Le Sauvage et le Préhistorique, miroir de l’Homme occidental (Eds Odile Jacob) et en  2010, Neanderthal une autre Humanité (Ed. Perrin, Collection Tempus).
 

Deuxième session : vendredi 14 octobre (8h30-12h00) 

Modératrice : Valérie Piette (historienne, Université libre de Bruxelles)

08h45 – Accueil 

09h00 – Fanny Bugnon (historienne, Université de Rennes) – « "Femmes terroristes" : ce que trouble la violence politique des femmes ».

09h30 – Penda Mbow (historienne, Université Cheikh Anta Diop à Dakar) – « La femme africaine : une figure aux positions changeantes dans l’histoire».

11h00 – Charlotte Pezeril (anthropologue, Observatoire du sida et des sexualités) – « "Elles exagèrent". Mon corps, mon choix en contexte pandémique ».

11h30 – Sylvie Lausberg (historienne, psychanalyste) – « Toutes des salopes : injures sexuelles, ce qu’elles disent de nous ».

Troisième session : vendredi 14 octobre (13h00-15h30) 

13h10 – Vidéo réalisée par l’OIF sur les stéréotypes sexistes dans l’espace francophone.

13h15 – Interview filmée d’Animata Traoré (femme politique et écrivaine malienne, militante altermondialiste).

13h30 – Table ronde « La femme qui dérange dans le monde politique, économique ou militant. Point de vue d’actrices du terrain »

avec : Jehanne Berger (journaliste de l’équipe des Grenades – groupe de journalistes écrivant des chroniques et réalisant des podcast féministes pour la RTBF), Sana Afouaiz (fondatrice du mouvement Womenpreneur et cofondatrice du mouvement Womenquake), Nada Saleh-Anid (militante dans plusieurs associations civiles au Liban, membre du Comité des femmes au Parlement). 

 

Programme complet et biographies à télécharger ici

Inscription : https://www.mundaneumshop.org/events/les-femmes-qui-derangent-colloque

Contact : info@mundaneum.be

Lieu

Mundaneum

Rue de Nimy, 76

7000 Mons - Belgique

Lieu: 
Au Mundaneum
Prix: 
Gratuit

La Fondation Henri La Fontaine - Organisation internationnal de la Francophonie